Recherche dans la base de données des Filles du Roy

Filtres de recherche

Instructions de recherche

Dans la fenêtre Recherche par mot-clé : inscrire un mot-clé, par exemple:

  • un nom de famille - Fille du Roy ou époux de FdR
  • un lieu - région de France ou municipalité de Nouvelle-France
  • le nom d’une compagnie du Régiment Carignan-Salières

ET/OU

Utiliser les filtres fournis sous Champs de recherche concernant une Fille du Roy.

L'outil de recherche utilise la relation ET, ce qui fait que les critères de recherche s'additionnent (sont cumulatifs).

Le bouton « Réinitialiser » situé au bas de la liste des champs de recherche permet de démarrer une toute nouvelle recherche.

Foire aux questions

Ce sont toutes les femmes qui ont déjà été répertoriées comme Filles du Roi par Yves Landry.

Y sont aussi présents tous les hommes identifiés comme époux d’une FdR dans un contrat de mariage ou dans un registre des mariages tenu par l’Église.

Parce que M. Landry a fait du répertoire des Filles du Roi, l’œuvre de toute une vie. Voici son parcours.

Il a d’abord publié en 1992, aux Éditions Leméac, la thèse de doctorat qu’il avait soutenue en 1990 à l’École des Hautes Études en sciences sociales de Paris. Le titre en était Orphelines en France, pionnières au Canada. Les Filles du roi au XVIIe siècle. C’était un ouvrage de 434 pages. Il a été lauréat du prix Jean-Charles-Falardeau (1993) et corécipiendaire des prix Lionel-Groulx (1988) et Percy-W.-Foy (1993).

En 2013, une nouvelle édition, révisée, a été produite en format de poche, cette fois par la Bibliothèque québécoise. 277 pages.

Une autre édition du répertoire Landry est prévue pour 2023 ou 2024.

Monsieur Landry a enseigné l’histoire de la France de l’Ancien Régime et la démographie historique dans différentes universités françaises et canadiennes. Il a notamment été directeur du Programme sur l’émigration des Français en Nouvelle-France de 2001 à 2006, à l’Université de Caen.

Il s’agit des « immigrantes, filles ou veuves, venues au Canada de 1663 à 1673, qui ont vraisemblablement bénéficié de l’aide royale dans leur transport et/ou leur établissement. »

Source : LANDRY Yves, Les Filles du roi au XVIIe siècle, Bibliothèque québécoise, 2013, p. 9

L’édition de 2013 comprenait des modifications au répertoire de 1992, fruit des recherches qui s’étaient poursuivies durant 20 ans.

Une nouvelle édition du répertoire Landry est prévue pour 2023 ou 2024. En attendant, il nous a fait connaître les ajouts et retraits qu’il entend faire à la liste de 2013.

L’appellation Fille du roy (orthographe du XVIIe siècle) ne pourra être trouvée dans aucun document de l’époque 1633-1673, puisqu’elle a été utilisée pour la première fois par Marguerite Bourgeoys, quelque vingt ans après l’arrivée du dernier contingent.

  • Les éléments de la base de données qui peuvent servir de critères de recherche sont présentés sur le côté gauche de la page. La première case permet de rechercher dans tous les champs de la Base. Sont ensuite offerts des filtres portant sur des champs particuliers.
  • L’outil de recherche utilise la relation ET, ce qui fait que les critères de recherche s’additionnent (sont cumulatifs).
  • Le bouton « Réinitialiser » situé au bas de la liste des champs de recherche permet de démarrer une toute nouvelle recherche.

Le moteur de recherche affichera le nom des Filles du Roy répondant aux valeurs choisies par le demandeur. Il suffira ensuite de cliquer sur le nom de chaque Fille, pour voir apparaître sa fiche. La recherche basée sur le nom d’un époux fera apparaître la liste des Filles du Roy qui ont eu cet homme pour époux. Plusieurs maris ont eu plus d’une épouse. Et vice versa.

Les informations affichées concernant une Fille du Roy sont définies dans deux documents téléchargeables et imprimables :

  • La présentation de la fiche, case par case, pour la femme et pour chaque époux.
  • La table des codes de recension des écrits : elle permet de comprendre le contenu d’une case « Écrits à son sujet ». En effet, toutes les publications étudiées se sont vues attribuer un code qu’il faut savoir interpréter. En complément de la liste des codes, il faut aussi savoir ceci (exemple de contenu de la case Écrits à son sujet) :

fdr- description fiche

Les écrits dont il est question ici ne comprennent pas les biographies romancées, la fiction y étant trop difficile à distinguer des faits. Ces ouvrages font plutôt partie de la chronique Lu pour vous, dans la section du site qui porte sur l’époque 1663-1673.

Le travail de recension des écrits est continu. En conséquence, au moins une fois par année, il y a actualisation des informations incluses à ce chapitre dans la base de données.

Le travail de transposition des informations du Répertoire de M. Landry dans le format numérique aujourd’hui disponible sur notre site web a été réalisé par étapes :

  • En 2012, M. André Loranger (membre de la SHFR), a transcrit la majorité des données du répertoire dans un tableau Word – 50 pages de format légal, accompagné de nombreuses notes complémentaires. Il a fait le choix d’omettre certaines données; par exemple : le nom des parents de la fille. Il a produit une nouvelle version du tableau en 2016, pour refléter l’édition publiée en 2013 par Bibliothèque Québécoise et pour expliquer les différences avec l’édition de 1992.
  • À l’été 2022, les données du tableau Word ont été transposées dans un chiffrier, incluant les notes complémentaires. A notamment été ajoutée une recension des écrits* concernant les FdR. Celles qui ne correspondaient plus à la définition, qu’elles aient été identifiées comme telles en 2013 ou en 2022, ont été laissées parmi les données de la base; elles ont toutefois vu leur statut modifié pour devenir « pionnière ». Ce travail a été réalisé par Louise Poulin et Esther Ross.
  • Il y a ensuite eu transfert des données vers une base de données interrogeable facilement sans connaissances techniques.

* Les données de la recension des écrits ont été fournies par une autre équipe de membres de la SHFR, composée de Michelle Desfonds, Gabrielle Dussault et Marie Royal.